La Terre

Le Wildbacher, inscrit au « Catalogue national des variétés de vignes » (arrêté ministériel italien du 1/10/1980) et dont la culture a été autorisée par la Communauté européenne, est le vin emblématique de la Tenuta Col Sandago.

Quel territoire pourrait mieux convenir au Wildbacher que ce paysage aux pentes douces et aux coteaux abrupts, soudain interrompu par des ravins et de profondes fissures ?

La protection qu’offrent au nord les Préalpes trévisanes, l’exposition optimale au sud et la position des vignobles situés à 250/300 mètres d’altitude créent les conditions d’un microclimat idéal, où le Wildbacher peut bénéficier d’une part des nuits fraîches et de la neige en hiver, d’autre part d’une douce brise marine qui tempère la rigueur du climat continental.

Même si le Wildbacher supporte bien le gel et les retours de froid printanier, un climat plus doux a assoupli son caractère sauvage et dompté ses humeurs ombrageuses.

Le Cépage

Le Wildbacher ne donne le meilleur de lui-même que s’il est traité avec soin.

La conception d’un cépage sur son caractère d’origine fait partie de toute l’attention qui lui est réservée : deux hectares et demi de vignes, magnifiquement exposées, dont la disposition prévoit 6 000 pieds par hectare dans les nouvelles plantations et 3 500 dans les anciennes. Pour parvenir à l’excellence, les agronomes limitent la production de raisins à 65 quintaux par hectare pour un rendement maximal de 45 hectolitres de vin.

Le Wildbacher est donc rare non seulement en raison de sa production extrêmement limitée mais aussi – et surtout – de son coût très élevé : la grappe est petite et très dense, formée de petits grains ronds de couleur bleu-noir, plus fournis en pépins qu’en pulpe.

Un vin dont la valeur ne réside que dans la qualité, jamais dans la quantité. Un vin produit par passion.

wildbacher-il-vitigno

Les Vendanges

la-vendemmia2

Les vendanges effectuées à la main, à la fin de l’automne, constituent un rite qui se perpétue d’année en année, avec la même minutie.

C’est un moment où l’enthousiasme est indissociable de l’appréhension, où la volonté d’achever le travail sur la vigne se mêle à la curiosité de découvrir les arômes et les goûts de ce millésime.

Le Temps

Le Wildbacher n’est pas un vin qui se déguste jeune. Il a besoin de temps et de bois pour exprimer toutes ses qualités.

LE TEMPS : trois ans, au moins, doivent s’écouler après les vendanges.
LE BOIS : ce vin noble a besoin de mûrir dans le chêne. Des fûts en chêne de 550 litres ont été spécialement créés pour ne pas altérer son caractère harmonieux et la composition complexe de ses arômes.

Il faudra encore 12 mois d’affinage en bouteille pour que le Wildbacher puisse enfin quitter la cave pour offrir ses arômes et ses saveurs à tous ceux qui souhaitent se laisser envelopper par ce vin rouge exclusif issu des vignobles de Col Sandago.

wildbacher-tempo-e-legno